DNA - Ranna à l’assaut des vêtements techniques

DNA - Ranna à l’assaut des vêtements techniques

Nées il y a un an, les chaussettes techniques Ranna séduisent de plus en plus d’athlètes. La marque alsacienne qui mise sur le made in France ne compte pas s’arrêter aux pieds de sportifs et lance une campagne de financement participatif.

Foi de footballeur, “la chaussette de foot, c’est le Moyen-Age. Elle n’a pas évolué depuis les débuts du sport », constate Steven Delavau, l’ancien gardien de buts du Strasbourg Vauban. La carence est telle qu’une nouvelle pratique est apparue il y a quelques années aux pieds des footballeurs : les athlètes coupent leurs chaussettes officielles pour n’en garder que la tige aux couleurs du club, et revêtent en dessous des chaussettes techniques garantissant davantage de maintien et de meilleures performances.

C’est justement pour répondre à cette demande qu’Alexandre Adler et les footballeurs Steven Delavau et Cédric Kanté fondent Ranna (comme « courir » en alsacien) en mars 2018. À peine un an plus tard, les chaussettes identifiables à l’hexagone dessiné au niveau de la malléole, s’affichent sur les terrains aux pieds de dizaines de footballeurs professionnel, offrant à la jeune start-up la meilleure campagne de communication possible.

Les footballeurs sont la première cible, mais ce sont tous les pratiquants de sports collectifs qui sont visés, et plus largement encore les amateurs de streetwear, avec à venir, des “collections capsules”. Equipées ou non d’un grip antidérapant spécialement développé pour Ranna et destiné à faciliter les changements d’appui, les chaussettes techniques de la marque alsacienne sont tricotées avec un léger effet de compression, renforcées à la cheville pour un effet “strapping”, et différencient le pied gauche du droit. Autre argument de la marque: ces chaussettes sont fabriquées en France par Broussaud Textiles, à côté de Limoges. “Nous tenons à ce que tous nos produits soient made in France” insiste Alexandre Adler.  

Financement participatif

C’est que l’entreprise fondée sur les deniers des trois associés et basée à Bischeim à encore de grands projets. Le trio sort ces jours-ci un boxer technique (fabriqué dans les ateliers d’Eminence) et imagine déjà des T-shirts, cuissards, leggings ou brassières au nom de la marque. Pour s’en donner les moyens, Ranna fait appel actuellement au financement participatif via la plateforme Kisskissbankbank et n’exclut pas de procéder à une levée de fonds dans les mois qui viennent. “On a beaucoup d’idées”, résume Alexandre Adler dans les locaux récemment investis par l’entreprise à Bischeim.

Pour l’heure en vente via le site de la marque, les chaussettes Ranna devraient être disponibles en magasins de sport à partir de septembre.